top of page
Search

Mille et une Terrasse N° 113 Sheik Anorak - Bárbara C. Branco

UN PEU de souvenirs solistes de la cent treizième des MILLE et UNE TERRASSE en compagnie de Sheik Anorak et de Barbara C Branco. Le Centre de Beauté Culturelle avait préparé une place de parking pour une petite voiture rouge immatriculée en Suède. C’était le véhicule de Sheik Anorak qui faisait son retour. L’artiste français, résident en Suède était venu jouer la première fois à UN PEU lors de la huitième des MILLE et UNE TERRASSE. Cette fois-ci l’artiste était accompagné d’une norvégienne. Celle-ci avait demandé à Sheik Anorak si elle pouvait l'accompagner dans ce grand voyage et de découvrir pour la première fois - la Belgique et la France. Après avoir installé sa batterie dans la Terrasse sous terraine et effectuer les essais son avec Cayo, l’artiste emmenait donc la voyageuse se promener, pour une visite sommaire, à quelques pas du quartier du Boulevard d’Ypres : Place Sainte Catherine, rue marché au porc, rue de Flandre, quai au foin, quai aux pierres de taille. Aussi avait-elle le désire touristique de découvrir un cornet de frittes préparées sur place dans un de ces fameux Fritkot de la capital. Pendant ce temps Barbara C Branco arrivait pour s’installer dans la Terrasse intérieure. Le musicien Joey Ratt, compagnon de la chanteuse était venu pour l’assister au moment de ses essais son. L’artiste portugaise n’était pas très rassurée de jouer seule. C’était quasiment la première fois qu’elle allait se prêter à cet exercice. La chanteuse avait fait ses marques quelques années auparavant - parmi le groupe féminin PEGA avec beaucoup de succès. Il était possible d’écouter leur album ou de l’acheter dans le FAUX MAGASIN du Centre de Beauté Culturelle. La proposition de sa carte blanche dans les Mille et une Terrasse, émanait de Cayo. En effet Barbara C Branco avait fait sa première apparition solo lors de la nonantième des MILLE et UNE TERRASSE - sur une chanson seulement - mais ô combien remarquable - dans l’auditorium HD de la Terrasse sous terraine, et parmi plus de dix artistes ( SAMEDI DIMANCHE ). Après s’être préparée un breuvage fait de tranquillité et de tranquillisant, l’artiste restait pudique vis-à-vis de ses inquiétudes et abordait son concert avec sa guitare électrique. Une branche d’arbre avait été installée par son compagnon dans le cas où elle serait prise de vertige. Finalement le concert permettait plutôt à l’artiste de s’envoler et de libérer sa jolie voix claire et pop aux prises avec sa guitare rock et rauque. Le public applaudissait - comme il se devait - sa très belle performance. A l’entracte, la buvette sportive était très sollicitée. Juliette Meunier, ancienne bassiste de Pega et grande amie de Sheik Anorak était venue juste à temps donner un coup de main à Matthieu Ha qui semblait UN PEU débordé. Vincent Patigny était à sa énième rencontre avec Ottman et le jeune homme semblait vouloir absolument une victoire de plus contre son maître incontesté. Enfin le public gagnait la Terrasse sous terraine dans l’auditorium HD pour assister au concert solo du batteur Sheik Anorak. L’éclairage se tamisait au moment où le batteur démarrait sur la peau du tom de sa batterie. Son jeu excellent faisait apparaître davantage une approche téméraire et épique de tambours écossais qu’une cadence disco. Au moment de l’entrée de ses samples - à la fois atmosphériques et mélodiques - l’auditeur sera dans une assise plus sensuelle et musicale. La variété de ses morceaux aura comme meilleur atout de donner à ses rythmes le fil de la narration. « Il était une seconde fois SHEIK ANORAK dans les MILLE et UNE TERRASSE… » Le lendemain le musicien repartait en compagnie de la voyageuse norvégienne. Cette dernière avait reçu l’hospitalité pour dormir dans la caravane de Cayo. Alors, avant toute chose, la jeune nordique faisait d’une pierre taillée transparente - extraite d’une montagne scandinave - une offrande à la Duchess pour la remercier de cette nouvelle expérience. La jeune femme partait ensuite avec Sheik Anorak - déguster la fameuse et légendaire gaufre de Bruxelles, avant de s’installer enfin dans la petite voiture rouge, destination - Paris, à trois cent trente-trois kilomètres de la cent treizième des MILLE et UNE TERRASSE.

Photographies « célébratrices » de Cayo Scheyven






























29 views0 comments

Comments


bottom of page