top of page
Search

Mille et une Terrasse N° 115 Ocean Voices Duo - Melodica Duets

UN PEU de souvenirs de deux duos – OCEAN VOICES et MELODICA DUETS – lors de la cent quinzième des MILLE et UNE TERRASSE. Cayo était ce matin-là, sans son collègue. Celui-ci était parti rendre visite à son fils bachelier au terme de deux années scolaires brillantes et dont l’école était pleine d’éloges. L’heureux père de famille devait être de retour ce jour d’huy dans l’après-midi. Seulement les grèves profondes qui avaient lieu en France depuis quelques semaines, rendaient incertain le retour de Monsieur Ha. Alors pour prévenir d’un mauvais sort, La Dutchess avait pris soin de préparer une soupe – la soupe de Guillaume – soupe aux potirons et dont la recette secrète lui avait été communiquée par son compère. Elle avait aussi réussi à trouver l’aide d’un voisin de manière à sortir la caravane de la Terrasse intérieure et ainsi la mettre en stationnement sur le parking de la Terrasse extérieure. Finalement Matthieu Ha arrivait comme prévu dans le Centre de Beauté Culturelle un peu avant 16 heures. Cayo venait de terminer la soupe de Guillaume. Le ventre vide, son collègue en buvait un bol et appréciait avec délice le velouté de légumes. Arrivaient ensuite les deux musiciens de MELODICA DUETS. Le polonais résident en Hollande et compositeur GRZEGORZ MARCINIAK installait ses instruments sur la scène de la Terrasse intérieure, rejoint par son camarade le compositeur slovène - TILEN LEBAR. Assis en tailleur, le duo présentait des pièces contemporaines jouées exclusivement au mélodica. Une approche pour quatre mains dont les propositions musicales gravitaient sensiblement autours d’impressions méditantes et au cours desquelles le binôme faisait état d’une harmonie en suspension. Durant la performance, une famille arrivait pour assister au concert. Les parents étaient avec plusieurs enfants dont un bébé nourrisson. C’était la famille du saxophoniste et franco islandais Tom Manoury en visite à Bruxelles. Ce dernier venait d’ouvrir un Centre de Beauté Culturelle à Reykjavik, connu sous le nom de « S 27 ». Il avait pris son appareil photo et photographiait la première partie du programme puis les abysses musicales d’OCEAN VOICES, dans la Terrasse sous terraine. La scène était équipée de deux lampes giratoires et dont les motifs lumineux faisaient apparaître sur le plafond, un monde sous-marin. Le percussionniste bruxellois - Guillaume Vanespen se présentait avec un gong qu’il employait avec l’archet d’un violoncelle. Il obtenait des sonorités aigues. Son partenaire - l’alsacien Thanas Kas était au Bendir par lequel il faisait écouter le chant des baleines au moyen de baguettes - dont les boules à leurs extrémités produisaient une variation de grincements aquatiques sur la peau de sa percussion nord africaine. Grâce aux traitements qu’il effectuait à partir de ses boites d’effets ce dernier obtenait le chant sous-marin des cétacés. Le duo rapportait alors de leur exploration - le chant des voix océanes –non pas dans les « vingt mille lieues sous les mers » mais plutôt à la cent quinzième des MILLE et UNE TERRASSE.

Photos amphibiennes de Cayo Scheyven




























14 views0 comments

Commentaires


bottom of page