top of page
Search

Mille et une Terrasse N° 179 Mes Lèvres at Café Circus

UN PEU de souvenirs printaniers à l'occasion du concert de MES LEVRES au Café CIRCUS, dans le quartier bruxellois d'Ixelles, lors de la cent septante neuvième des MILLE ET UNE TERRASSE. TANGUY le gérant de plusieurs établissements à Bruxelles dont le CHEVAL MARIN, organisait avec son équipe un grand évènement festif pour l'arrivée du printemps dans son deuxième établissement - le café Circus - place de Londres. Celle-ci était déjà bien investie de monde en milieu d'après-midi.  Un stand de saucisses avait été installé, la grillade venait embaumer les trois grands arbres de la place. Un Dj diffusait sa musique électro par la fenêtre du café, la bière coulait à flot, le soleil était radieux. Il y avait aussi un deuxième évènement dans le café d'en face et venait rajouter son ambiance à la fête. Un groupe de supporters italiens de l'A.S ROMA, lesquels venaient de se donner rendez-vous pour assister à un match sur une grande télévision. Des bannières jaunes et rouges grenade, couleurs du club, flottaient sur la terrasse. Cayo et Matthieu Ha se mêlaient dans la foule et trouvaient un passage entre les gens pour installer leur scène. Le jeune ingénieur du son MERLIN semblait débordé par les évènements. Dans une ambiance euphorique et de jeunesse, le technicien arrivait finalement au bout de l'installation de la sono en fin d'après-midi. En première partie de MES LEVRES, ROCA ROCA, jeune artiste locale entrait en jeu pour se rajouter aux festivités. Son public était venu la soutenir. La chanteuse originaire de Bolivie, avait le sens du Sound système. Pour ceux qui la connaissait, avant d'être chanteuse auteur interprète, la latino-bruxelloise avait dans son bagage tout un cursus d'ingénieur du son. Face à la joyeuse cohue, elle menait son concert à l'aide de son ordinateur et pouvait ainsi conduire l'orchestration de sa musique dans une ambiance électro et également escorter sa guitare et son synthétiseur avec assurance. Puis elle laissait sa place au bout d'une heure de jeu. Mes lèvres débutaient alors leur concert un quart d'heure avant le coucher du soleil. L'ambiance n'était pas descendu - bien au contraire. Il y avait de plus en plus de monde et de plus en plus d'alcool dans le sang. Le technicien du son Merlin avait installé sa table de mixage a cote du stand à saucisse. Tantôt il disparaissait dans la foule, tantôt sa tête en réémergeait. Matthieu Ha avait solidement attaché son synthétiseur avec du papier collant industriel de manière que son instrument ne soit pas entrainé par accident, dans un mouvement brusque du public. Cayo avait prévu de ne pas chausser ses sabots au moment d'interpréter la chanson JOHAN CRUIJFF. En revanche, il semblait que les supporters de l A.S Roma venaient de ressortir leurS bannièreS. Leur équipe avait-elle inscrit un but ou rendaient-ils hommage au plus grand joueur de foot de tous les temps ? La nuit tombait et le concert se poursuivait, le jeune public était très enthousiaste, la plupart découvrait pour la première fois MES LEVRES. Ils étaient touchés de la manière dont le duo imposait son tempo, un peu hors du temps, ne suivant pas le dictat des fêtes industrielles. A la fin du concert, le duo rendait hommage à Tanguy et sa bien-aimée, le jeune couple venait d'annoncer la future naissance de leur premier enfant prévue l'hiver prochain. MES LEVRES finissaient par embrasser la place de LONDRES. En trente ans, celle-ci n'avait jamais eu cette allure aussi festive et habitée, elle ressemblait à une kermesse, à un cirque, et bien sûr comptait parmi la cent septante neuvième des MILLE et UNE TERRASSE.  

Photographies mayonnaise par Cayo van Breugel 

















20 views0 comments

Comments


bottom of page