Search

Mille et une Terrasse N° 78 FrancoFaune: Félicien LiA & UN PEU de Courtoisie

UN PEU de souvenirs « francophoniques » avec l’Artiste helvète LiA

et le duo bruxello-hollandais de Cayo et Matthieu Ha. Après sept

années d’existence, les deux artistes ont pris la décision de

changer le nom de leur tandem musical, passant de van Twolips à

« MES LEVRES ». Leur répertoire s’était jusqu’alors exclusivement

consacré à la chanson néerlandophone. Avec UN PEU de courtoisie le

Centre de beauté culturelle avait fait une fleur à FrancoFaune en

ouvrant leurs pétales à cette huitième édition. Les organisateurs

étaient très intéressés d’avoir parmi les artistes de leur programme

le concert de LIA. Aussi avaient-ils demandé un prélude en plus de

cet évènement. Ainsi le duo MES LEVRES trouvait là, sa première

mission. Ces derniers présentaient donc leur première chanson

chantée dans la langue française. Ils reprenaient à leur compte -

une oeuvre du XVIème siècle – Une jeune Fillette – de Jehan

Chardavoine. Auteur-compositeur, à l’origine des VOIX DE VILLE ou

voix à l’unisson. Au contraire de la musique savante, cette nouvelle

approche post médiévale, sera à l’origine du théâtre populaire : le

Vaudeville. Le texte est écrit en vieux français – « le françoys ».

MES LEVRES adaptaient alors leurs langues et leurs instruments à la

fois modernes et vintage: un Synthétiseur japonais des années 80, la

guitare telecaster des années 50 de la Dutchesse. De même que

l’emploi d’instruments acoustiques comme l’accordéon de Matthieu Ha

et le violoncelle de Jean Philippe Feiss - invité d’honneur de cette

première mondiale. Plutôt que de remonter le temps en vitesse

lumière et d’interpréter cette pièce dans sa version originale, les

trois musiciens ont remonté très lentement la mélodie de la

renaissance jusqu’à eux, de manière à la faire sonner cinq siècles

plus tard au beau milieu de la terrasse intérieure. Sans prendre une

ride, la « jeune fillette » passait alors de la lueur des bougies,

à celle des lampes LED, au soir d’un 1 er Octobre 2022 - jour de

Saturne. La performance a reçu une très belle ovation du public. A

21 heures et trois minutes, celui-ci se rendait ensuite pour la

deuxième partie de cette soirée, dans l’auditorium HD de la terrasse

sous terraine où les attendaient LIA et ses deux musiciens.

FELICIEN LIA est un auteur compositeur et chanteur suisse, de

chanson française. Ami de l’auteur compositeur interprète, le

bruxellois Yvan Tirtiaux. Le même avait été l’acteur principal de la

douzième des MILLE et UNE TERRASSE, il y a quasiment un an, nuit

pour nuit, « le vent terrible » en moins… Il avait pris UN PEU

contacte avec Cayo et Matthieu Ha, quelques mois plus tôt, de façon

à programmer une date de concert dans la capitale du royaume, pour

son confrère genevois… LiA n’était pas à sa première excursion

belge. Il racontait au public sa rencontre enchantée avec un lieu

culturel atypique en wallonie et où il avait eu la chance d’y donner

un concert inoubliable. Au MOULIN FANTOME à Tubize. L’artiste avait

l’air d’avoir été profondément touché par cette expérience. Il était

allé jusqu’à écrire une très belle chanson bien festive et dansante

en hommage à cet endroit. Il venait aussi de recevoir d’une personne

du public, la fameuse bouteille de Maitrank. Un signe qu’il avait

acquis des connaissances sur quelques secrets du pays d’Arlon. Le

chanteur présentait pour la première fois un tout nouveau répertoire

en compagnie de deux excellents musiciens :- La jeune bassiste et

déjà expérimentée Louise Knobile et le fabuleux batteur

prestidigitateur Julien Israelian. Félicien Lia avait élaboré ce

trio de manière à pouvoir adapter leur musique durant un voyage dans

un train. Ainsi les éléments de la batterie étaient reconstitués

numériquement permettant par cette économie, de réduire le volume et

le poids durant la future expédition … (pas encore accomplie). En

attendant, Matthieu Ha projetait une vidéo en arrière-plan. Comme

une simulation d’entraînement, elle présentait des passagers chinois

dans un train, traversant une immense plaine. L’auditorium se

transformait tranquillement, en WAGON CONCERT, et parcourait un

itinéraire de chansons de variété. Un périple joyeux et dansant où

la musique pop, rimait avec voyage, le voyage avec la jeunesse, la

jeunesse avec la beauté et la beauté avec la septante huitième des

MILLE et UNE TERRASSE.

Photographies de Cayo scheyven











































32 views0 comments