top of page
Search

Mille et une Terrasse N°174 Kloot Per W - Moogisha - Jan Ducheyne

UN PEU de souvenirs héroïques de la deuxième édition UN PEU FESTIVAL de LA FIN DU MOIS - Février - lors de la cent septante quatrième des MILLE et UNE TERRASSE. Une fin du mois glaciale et très humide, des vents violents dominaient le boulevard d'Ypres – lequel avait essuyé depuis une semaine, des avis de tempête. Le drapeau d'or était gorgé de pluie durant le passage d'un énorme cumulus noir, électrique et pluvieux. La profondeur du nuage ralentissait la ville dans le tonnerre d'un orage ténébreux. Pourtant le Centre de beauté culturelle introduisait cet opéra météorologique dans une aisance poétique et durant lequel, Akira et Isadora - âgés de quatre et six ans, progénitures de Valentin - le voisin - se plaisaient à sortir sur la terrasse extérieure, extasiés par cette douche froide sauvage et déchainée. Dans la terrasse intérieure, au milieu de l'assistance, Jan Ducheyne déclamait avec sa voix grave, tantôt tranquille tantôt urgente. Il tenait dans ses mains son rouleau d'écriture, une LITANIE dédiée à UN PEU. Sur la chaine hi-fi, le fantôme de Johan Strauss, imprévisible et synchrone, jouait en fond, le Danube Bleu. Juste après, la terrasse sous terraine se transformait en club intimiste de "soul - Rn'B ", au cours d'un excellent concert du guitariste soliste MOOGISHA. Devant le pétale de l'ombre d'or BEAUCOUP, le jeune compositeur, Originaire du RWANDA et du CONGO, effectuait des boucles d'accords mélodiques qu'il mettait en cadence à l'aide d'une boite à rythmes feutrés et entrainants. Il appuyait ensuite le tout par des thèmes narratifs durant lequel son instrument à cordes électriques culminait jusqu' à   transcender les émotions de la guitare hero. La seconde partie de la soirée présentait un monument de l'histoire Bruxelloise du rock : KLOOT PER W. La première rencontre entre l'artiste néerlandophone et le Centre de beauté culturelle avait eu lieu lors d'une émission d'ANTENNES BRANCHES au moment de la promotion de son premier album de chansons françaises et fruits de sa composition (NUIT BLANCHE). Trois années plus tard ses fruits avaient laissé pousser un grand verger d'Arbres à femmes, titre d'un de ses excellents derniers albums et dans lequel il remettait à plat, “le continent” de la terre des Flandres et de la Wallonie. Natif de Watermaele Boitsfort en 1954, un peu après que le ROCK 'N ROLL arrivait sur la planète, l'artiste illustrateur, peintre et auteur compositeur appartenait à la génération des ENFANTS DU ROCK. Une escorte de musiciens chevronnés : TEUK HENRY, Elko Blijweert et Erik Deridder, étaient venus l'accompagner pour l'évènement de ce soir. Le concert allait alterner entre ses propres chansons et celles des Beatles, Lou Reed ou encore de ROBERT SMITH. Son répertoire remettait en perspective sa performance, au chœur d'un concert encyclopédique, introspectif, identitaire vers ses héros de la pop rock anglo saxonne comme ceux de la cent septante quatrième des MILLE et UNE TERRASSE. 

Photographies héroïques de Cayo Scheyven  

































100 views0 comments

Comments


bottom of page