top of page
Search

Mille et une Terrasse N° 126 Nima - Little Musgrave

UN PEU de souvenirs relaxés avec LITTLE MUSGRAVE et le duo NIMA lors de la cent vingt-sixième des MILLE et UNE TERRASSE. Une soirée bruxello-bruxelloise issue de deux communautés musicales différentes. Au de-là des communautés néerlandophone – francophone – marocaine – portugaise – italienne – polonaise – vietnamienne - de multiples et indivisibles cercles musicaux gravitent au sein de la capitale. Parfois il arrivait que celles-ci ne se rencontrassent pas du tout. Le centre de beauté culturelle passait en revue ces mille et un milieux depuis bientôt cinq années – et en charge d’effectuer un aiguillage de programmations intercommunautaires. Cayo et Matthieu Ha présentaient ainsi le musicien « bruxellanglais » Joey Ratt alias « Little Musgrave ». Son appellation faisait référence au titre d’une chanson de folk britanique. Nom également attaché à un petit village - Litle Musgrave - une paroisse issue du Great Musgrave - situé au niveau de la poitrine de l’Angleterre. A l'origine « Musgrave » de l’anglais, signifie – indénombrable. Chanteur soliste, guitare post folk-pré-colombienne, esthétique rock, texte à l’humour anglophone, compositions de petits sketches électriques. Sa voix était une délicate synthèse - entre douceur vocale et témerité disjonctable. Son banjo lui servait de résonateur improbable, évoluant dans des distorsions maitrisées. Ses mélodies modulables fraîches et cadencées avaient fait mouche dans le public, dont le père de Cayo venu d’Anvers. Il faisait doux dans le boulevard d’Ypres et calme dans le quartier Chicago. Climat propice au duo NIMA. Le batteur Nicolas Chkifi et le saxophoniste Mathieu Robert. Beaucoup de musiciens répondant au prénom de « Matthieu » sont venus jouer ce dernier trimestre et parmi lesquels Matthieu Ha y dénombrait deux catégories. La première, où le prénom s'écrit avec un –t- et la seconde, avec deux –t-. Mathieu Robert faisait partie de la première - aussi son hôte homologue lui avait servi, son fameux - "thé " - personnel : la tisane de sapin. Un breuvage introuvable ailleurs que dans le royaume. Préventive contre les grippes et les complications respiratoires et très accomodant pour les chanteurs et souffleurs d’instruments. NIMA présentaient un intéressant modelage musical. Sur la ligne équatoriale de deux pôles - la musique méditative et le free jazz. Des bols tibétains et des cymbales hypnotiques accomplissaient leur cycle tectonique avant l’éclosion de pulsations musicales plus violentes. Elles allaient ensuite se flétrir pour finalement se re cueillir ... Renouvellement d'un cycle où était suspendue, la cent vingt-sixième des MILLE et UNE TERRASSE.


photographies relaxées par Cayo Scheyven



































58 views0 comments

Comments


bottom of page