top of page
Search

Mille et une Terrasse N° 127 schntzl - Mika Mayonnaise

UN PEU de souvenirs « discogravés » à l’occasion de la sortie du disque vinyle : HOLLIDAY du duo bruxellois SCHNTZL - lors de la cent vingt-septième des MILLE et UNE TERRASSE. Grande fête pour les musiciens de Schntlz - CASPER Van de Velde et Hendrik Lasure. La soirée devait être à la hauteur de l’évènement. Ainsi Casper van de Velde avait demandé à sa compagne Ella, d’installer un agrément décoratif et festif dans la terrasse sous terraine. La jeune femme avait alors gonflé des ballons de baudruche bleu métallique. Elle avait aussi installé une table dans la galerie de la terrasse intérieure, de manière à présenter une pile de 78 tours de l’album vinyle fraichement sortie. L’illustration de la pochette était un montage photographique – une vue en contre plongée d’une mer de montagnes enneigées et ensoleillées. Au dos de la pochette, un aquarium avec des petits poissons de couleurs différentes avaient été superposés aux massifs montagneux. Des chocolats bounty étaient présentés à côté des disques. Cela ressemblait à une soirée d’anniversaire. Natifs de Cureghem, Casper et Hendrik étaient deux amis de longue date. Ils commençaient à jouer ensemble dès l’âge de douze ans. Une caractéristique remarquable pouvant être musicologiquement déterminant. D’autres avant eux ont pu imprimer des figures musicales originales et créatives dû à leur proximité quasi familiale : Les Beatles, les Bee Gees, les Rolling stone, Les Five jackson pour ne citer qu’eux. Complice, le duo l’était assurément, et créatif d’autant plus. Le jeu original de la batterie préfigurait d’une écriture toute personnelle. Un jeu de baguettes en roulements perpétuels, appuyé par l’emploie d’une double-pédale de grosse caisse. Technique Conçue pour être employée dans les milieux puissants du heavy métal. Mais ici la facture était des plus subtiles et dont la maitrise était à la limite de l’implosion. Pendant ce temps, en contre point, avec légèreté, Hendrik Lasure appliquait des mélodies aux synthétiseurs. Créant des nuanciers de différentes sonorités d’harmonium. Sa panoplie de claviers invite davantage aux airs confidentiels du moyen âge et révélatrice d’une modernité ingénue. Très éloignée de la suprématie évocatrice des grands orgues, Schntzl n’avaient nulle besoin de grandeur autoritaire mais plutôt de grandes vacances, une véritable méthode de « jeu de joie » personnel. Inventer une façon d’irradier en beauté - leurs créations à modeler. Parmi leur effets de scène il y avait un mini tourne disque rectangulaire, les ballons de baudruche, un pendrillon en soie bleu, un second lamé en argent, une lampe stromboscopique et enfin un canon à bulles. Le concert de Scnntzl était gratuit et permettait alors aux visiteurs d’acheter l' album après leur prodigieuse performance. Durant l’entracte, l’auditorium HD de la terrasse sous terraine se transformait de nouveau en une discothèque. Les spectateurs étaient debout, une voix japonaise sortait des haut-parleurs sur un fond musical. Puis Matthieu Ha ouvrait le rideau en accordéon devant l’entrée du monte-charge bleu. Apparaissait, vêtue d'une capeline bleu foncé, la musicienne Dj Mika mayonnaise. Musique électro acide et puissante - au pouvoir magique de faire décoller les corps. La jeune bruxelloise n’était rien d’autre que la fille du musicien électro Laurent Beaudoux, artiste parmi les grands artisans bruxellois de la scène électro des années nonante - début deux mille... Mika était déjà venue par le passé, lors de la la trente sixième des Mille et une terrasse, pour l’anniversaire des 5 ans de DIVAGATION de Franck Limonier. Seulement à l’époque, elle s’était présentée comme curatrice d’une courte vidéo tandis qu’à présent, « la môme » créait la surprise et mettait la sauce. Derrière elle, Matthieu Ha agitait les reflets de lumière du pétale beaucoup. Les corps se déchainaient de plus belle. Cayo ne pouvait se contenir de danser pendant qu’elle prenait ses photographies. C’était une fête lumineuse, gravée dans le vinyle et les chocolats - et sur la cent vingt-septième des MILLE et UNE TERRASSE.

Photographies dansantes de Cayo Scheyven













































40 views0 comments

Comentários


bottom of page