top of page
Search

Mille et une Terrasse N° 172 UN PEU 5 YEARS La Fanfare des Minuscuuls - Jonty Toosey - Walid with Eric Bribosia - special guest Matt Watts with Alice Perez - Antoine Boute - COLLE

UN PEU de souvenirs d’une nouvelle enseigne lors de la cent septante deuxième des MILLE et UNE TERRASSE, et deuxième volet d’UN PEU FESTIVAL DE LA FIN DU MOIS (Janvier). Le programme s’annonçait tout aussi passionnant que la veille. En effet le Centre de beauté culturelle allait célébrer ses cinq ans.  Cayo et Matthieu Ha y trouvait l’occasion de poser leur enseigne. Celle-ci rassemblait, pas moins de 30 caractères en bois, taillées dans la typographie “courrier” :

C-E-N-T-R-E-D-E-B-E-A-U-T-E-C-U-L-T-U-R-E-L-L-E-U-N-P-E-U 

CENTRE de BEAUTE CULTURELLE” était peint en blanc et “UN PEU coloré en “vert néon”. La partie supérieure du volet marron de la façade extérieure avait été choisie de manière à y appliquer l’écriteau. L’artiste COLLE allait être déterminante au moment de fixer les lettres une à une, avant que l’enseigne pût apparaître. Elle recevait l'assistance de son compagnon Dj capitaine Kirk. Elle n’était pas très confortable en haut de la chaise haute, et avait sensiblement le vertige. La pose de l’enseigne s’avérera être une véritable performance. Pendant ce temps le programme musical débutait avec WALIDE le chanteur du quartier Chicago. C’était un évènement de taille et le résultat de cinq années de vie de quartier au sein du quartier CHICAGO. WAlIDE avait été présenté par le maître du thé MUSTAPHA. Natif de Bruxelles, le musicien marocxellois d’une quarantaine d’année, jouait et chantait avec son synthétiseur, parfois pour des mariages de sa communauté et la plupart du temps dans sa cave. Il avait récemment donné un concert chez CHATON, le petit café à côté du PETIT CHATEAU, pour le réveillon de 2023. Son répertoire présentait des reprises de chansons françaises de variété : Julien Clerc (partir) - Michel Delpèche (Marianne) - Jacques Brel (Rosa rosae rosam) - james bond (Bo) et enfin Julio Iglesias (vous les femmes). Eric Bribosia était en soutien au piano durant les vingt minutes de son récital populaire et chaleureux. A la pause le public pouvait assister au concert de MATT WATTS et d’ALICE GEORGES PEREZ dans la Terrasse intérieure pleine à craquer. COLLE venait de terminer de fixer U N P E U, il lui restait alors les vingt-six autres caractères à coller. Dans la Terrasse souterraine la fameuse fanfare des MINUSCUULS était enfin au complet. Teuk Henri à la guitare ainsi que Clément Nourry, Catherine Graindorge au violon, Florian Guibert à la flûte traversière, Yannick Dupont à la basse électrique, Patrick Clauwaert à la batterie et enfin Guillaume Maupin, Cayo et Matthieu Ha au chant. Ce rassemblement de musiciens était au sommet de leur art, le public en avait été envoûté et transporté. Quand le public remontait à l’étage supérieur, la buvette sportive était submergée, Filip Keunen venait de prendre le service et n’avait jamais eu autant de commandes, de bières, de vins, de soupe, de clés usb et de vinyles. A la Terrasse Extérieure COLLE avait finalement terminé le collage de l’enseigne. Le résultat était impressionnant et très réussi. Enfin Matthieu Ha passait un disque d’oiseaux de Thaïlande pendant que le poète ANTOINE BOUTE provoquait des grognements gutturaux par son larynx en guise d’introduction de l’un de ses derniers textes poético-scientifiques. Un visiteur s'allongeait sur le sol comme hypnotisé dès le moment où l'auteur incitait un passage existentiel, succédant à celui du BING BANG vers celui d’une nouvelle ère et qu’il baptisait le “CRUNCH BANG”. La voix du poète avait été mixée par Edgard des MONO SIRENES. Celui-ci provoquait des larsens orientés pendant qu'Antoine Boute déclamait un peu désorienté. La soirée aurait pu durer des jours, des nuits, voir cinq ans. Le grand mur d'exposition avait été pixellisé par plus de cent cinquante portraits d’artistes, rituel photographique réalisé par Cayo au moment de la fin de chaque concert - quand Matthieu Ha avait relié cinq années de flyers - ensemble de leurs évènements de beauté culturelle. En définitive, le public était en train de se rendre compte à quel point "Je t’aime déjà depuis cinq ans" et ce - jusqu’à la fin du mois - lors la cent septante deuxième des MILLE et UNE TERRASSE. 

Photographies minuscules de Cayo van Breugel 









































82 views0 comments

Comments


bottom of page