Search

Mille et une Terrasse N° 35 ERNST

UN PEU de souvenirs de la 35 ème des MILLE ET UNE TERRASSE. Après l’heure du thé marocain préparé par Mustapha (du quartier Chicago), Matthieu Ha hisse un nouveau drapeau d’or ou l’étendard de la survie. Le vent du Nord va alors déplier ce drapeau, prenant la forme de vagues régulières et dont les plis apparaissent comme des lingots d’or bien rangés. La feuille s’étire jusque dans le i Grec des branches de l’arbre, pendant que le Merle du boulevard d’Ypres chante déjà. Est-ce pour accueillir la bonne mie des musiciens du groupe ERNST, arrivé du Limbourg pour venir jouer UN PEU dans le Centre de Beauté Culturelle ? Cela semble le cas. Surtout à voir la manière dont le quartet (réduit à un trio) allait emmener son show. C’est avec beaucoup d’élégance que les musiciens s’étaient vêtus. Chacun aurait pu incarner un personnage dans un film western spagetthi, noir et blanc des années 20 - dans une petite ville dépeuplé d’un état de l’Amérique du Nord. La chanteuse, dans une grande robe noire à frou frou et un couvre-chef à plumes, portait à ses pieds des ballerines. Elle pouvait ainsi adapter un jeu de scène époustouflant avec les variations de sa voix étonnante. Car au départ du concert le public était embarqué dans un road movie. Le guitariste portait un très beau chapeau de feutre et de laine noire, un nœud papillon et un complet de la même couleur. Seul le batteur était dans des tons plus clairs avec sa veste blazer grise. Puis soudain des nageuses acrobatiques plongent dans une piscine derrière le piano angélique. C’est alors que la musique devient un ballet sous-marin au cours duquel la chanteuse déploie sa voix de diamant noir dont les multi falsetto ont fini par détourner l’auditoire vers un étonnant opera pop limbourgeois.

Et tandis que Cayo scheyven prenait ces très belles photographies.
















17 views0 comments

Recent Posts

See All