Search

Mille et une Terrasse N° 61 Willy va voler by Sauvez-Willysme

UN PEU de souvenirs religieux de la soixante et unième des MILLE ET

UNE TERRASSE. Le soleil était toujours aussi présent que la veille,

assis au-dessus du Centre de Beauté Culturelle. A l’abri sous le

haut-vent, le duo de MonsterBProd (Timmmy O’Tool et Jonas Buckowsky)

gonflaient leur grand totem pneumatique: le cétacé WILLY. Inspirés

par le film SAUVEZ WILLY, les deux artistes ont imaginé une religion

le SAUVEZWILLYSME, une invitation à une immersion dans le grand

océan originel de la vie. Willy était gonflé à l’hélium et retenu à

la manière d’une marionnette géante. A 16 heures les deux prophètes

partaient à la rencontre des bruxellois avec l’énorme orque

reconstitué à échelle 1/1. Ils débutaient en survolant le rivage du

boulevard d’Ypres, un plan d’eau au milieu duquel les tramways

passent quotidiennement. Leur marche allait les emmener jusque sur

le par terre du Mont des Arts pour un lâcher du cétacé à plus de 100

mètres de Haut. Après deux heures de ballade, Willy revenait dans le

Centre de beauté « Cultuelle », accueilli par une gerbe d’eau

déclenchée par Matthieu Ha. Enfin le mammifère géant se posait sur

la caravane de Cayo. Timmy o’Tool et Jonas Bukowsky conduisaient

ensuite les nouveaux initiés dans la terrasse sous terraine, coiffés

tous les deux d’un couvre-chef en forme d’orque. Les initiés étaient

accueillis par Timmy o’Tool. Il leurs faisait répéter la chanson de

Mickael Jakson « you will be there ». Puis Jonas Bukowsky arrivait

par le monte-charge bleu pour un grand sermon d’initiation. Il

présentait une courte vidéo expliquant la genèse de leur religion

inattendue. Au terme de son discours, les deux guides conduisaient

les initiés devant une piscine remplie de balles bleues turquoise.

C’était la représentation de l’océan originelle, lieu de conscience

cosmique, berceau et lieu de vie de Willy et par lequel les

initiés étaient invités à plonger pour leur baptême. Plus de trente

personnes - passant par hasard sur le boulevard d’Ypres - allaient

être initiées lors de cette journée caniculaire. Les Milles et une

terrasse avaient un avant-goût balnéaire urbain et mystique. La

piscine bleue se confondait avec le reflet de la vitrine de la

terrasse intérieure, comme s’il s’agissait de visions secrètes du

paradis de la beauté, UN PEU dans un au-de-là. Cette soit disant

religion était joyeuse, UN PEU improvisée avec la candeur du bonheur

simple de l’enfance, du rayonnement de l’envie de deux artistes

candidats au partage et à la rencontre réconciliatrice de l’Art et

du populaire. Plus tard le vent du Nord faisait partir le soleil

pour rafraîchir la nuit du boulevard d’Ypres. Ainsi était

l’inoubliable, soixante et unième des MILLE ET UNE TERRASSE.

« SALANA ! »

Photographies de Cayo Scheyven.

























































24 views0 comments

Recent Posts

See All