Search

Mille et une Terrasse N° 70 Le Vrai Nick Cave

UN PEU de véritables souvenirs de la septantième des MILLE et UNE

TERRASSE avec le vrai NICK CAVE. Un évènement annoncé d’une main de

maitre par deux graphistes. Leur affiche annonçait le concert en

caractère gras sur une feuille rouge en format A3. Ils avaient alors

plaçé à la suite de l’autre, le nom du groupe (LE VRAI NICK CAVE) –

le nom du Centre de beauté culturelle (UN PEU) et l’arrêt du tram

pour s’y rendre (MARGUERITE DURAS). La taille de ces trois

indications était de la même dimension et donnait l’impression d’un

rendez-vous ou d’un alignement exacte de trois légendes cultes et

que l’on retrouve ensemble une fois dans sa vie. Cette audace

demandait de la hauteur d’esprit vis-à-vis des artistes : Yannick

Dupont, Eric Bribosia, Gil Mortio, Louis Evrard et enfin par qui

venait cette initiative : l’écrivain Grégoire Motte. Aussi avait-il

demandé à leur hôtes une décoration à la hauteur de cette

rencontre. Alors l’auditorium prenait une toute autre apparence. Les

deux murs qui forment le fond de scène de l'auditorium HD, avaient été recouverts d’un rideau lamé or. Ses fines bandes scintillantes provoquaient déjà une sensation glamour et un certain raffinement. En réalité au moment de leur performance dans la Terrasse sous terraine, le vrai public allait se rendre compte du vrai NiCK

Cave. Le groupe démontrait alors qu’il n’avait nul besoin de promouvoir la perfection d’un travail bien fait, mais de partager davantage, l’exactitude de leur talent et de leur amour au cours d’un show artisanal. Le concert a été porté en un vrai triomphe par le vrai public. Après la séance photos avec Cayo, et après avoir suffisamment bu de la bière, Le vrai Nick Cave "quittaient" alors sans faux contacte - UN PEU - et la septantième des MILLE et UNE TERRASSE en attendant le tram 51 - à la station MARGURITE DURAS.

Photographies de Cayo Scheyven


























22 views0 comments

Recent Posts

See All