Search

Mille et une Terrasse N° 89 De Stoeltjes and Jerry Stevens

UN PEU de souvenirs d’une très belle surprise, à l’époque de la

quatre-vingt-neuvième des MILLE et UNE TERRASSE. Le 11 Novembre

1918, à onze heures du matin, le monde de la guerre signe un traité

de paix mondial à Compiègne en France. Depuis lors, cette date est

devenue une journée de commémoration : LA FETE DE L’ARMISTICE. Le

quartier du Centre de Beauté Culturelle garde quelques vestiges de

la mémoire de la Grande Guerre. Ainsi le boulevard où se trouve la

Terrasse extérieure immortalise la bataille d’Ypres (boulevard d’Ypres). Le boulevard voisin - la bataille de Dixmude (Boulevard de Dixmude) et au bout duquel le monument du soldat inconnu est érigé. Il y a aussi le monument du « pigeon soldat » dont Cayo et Matthieu ha avait fait un cortège/ hommage en 2018 (DUIVEN). Enfin, à quelques rues de là, le PETIT CHÂTEAU (27, boulevard du « 9 ième de ligne »). En ce temps- là, le bâtiment abritait la caserne de recrutement militaire, elle devient depuis les années quatre-vingts, un centre d’hébergement pour les immigrés demandeurs d’asile politique. Le musicien anversois Jeroen Stevens arrive ce jour férié, très tôt, en compagnie de son amoureuse, l’allemande TINA SCHOTT. Décoratrice pour le théâtre, elle allait rester toute l’après-midi pour poser un décor surprenant dans la terrasse sous terraine tandis que Matthieu Ha et Cayo s’attelaient à leurs préparatifs habituels. Afin de garder l’installation secrète durant l’heure d’ouverture, Jeroen Steven présente au niveau supérieur, dans la terrasse intérieure, un dédoublement de sa personnalité réparti en deux artistes. Tout d’abord avec le batteur DE STOELTJES. DE STOELTJES est un terme néerlandais qui signifie en français LES CHAISES. Mal rasé, Vêtu d’un tee-shirt des STOELTJES, De Stoeltjes va alors donner une performance, utilisant une chaise pliable en tissus sur laquelle sont fixés des micros contact. L’artiste porte une oreillette à travers laquelle toute sa concentration se laissera téléguider par une liste de morceaux relatifs à un groupe de rock des années septante : THE STOOGES. Simultanément, il extrait, seul, le jeu rythmique de la batterie de l’enregistrement, en le transposant à partir de ses baguettes et de sa chaise pliable amplifiée. A l’entracte, Matthieu Ha sert une succulente soupe aux lentilles : LA SOUPE DE L’ARMISTICE pour quelques personnes du public. Aussi le chanteur Matt Watt est venu prêter main forte à Yacine dans la buvette sportive, en l’absence de son président : Vincent Patigny. Enfin, Cayo annonce la deuxième partie du programme en compagnie du deuxième artiste qui vit à l’intérieur de Jeroen Stevens » : le vibraphoniste JERRY STEVENS. Celui-ci porte un gros pull-over dont le tricotage révèle des motifs alpins, tissés dans de la maille souple. Cette fois-ci, le musicien est au vibraphone électrique lequel répond à des sonorités multiples avec un accompagnement automatique japonais de type -yamaha pss 780. Virtuose et joyeusement émerveillé, il présente tout un répertoire de musiques de réveillon, au milieu d’un magnifique décor de Noël. Des boules décoratives énormes, des illuminations électriques, un faux feu de bois, des rennes suspendus au plafond, un grand pantin posé à côté du bronze du Christ ressuscité qui surplombe le piano angélique. Enfin, le pétale d’ombre UN PEU est agrémenté d’une très belle guirlande rouge. La fête commémorative qui célébrait la première Paix mondiale depuis plus d’un siècle, ne suffisait plus. Elle venait d’être jointe, exceptionnellement lors de cette nuit fraiche de chrysanthèmes, à la féérie de Noel. En effet, Jeroen Stevens n’était pas en compagnie de Jerry Stevens, de Stoeltjes et de Tina Schott pour faire des cadeaux mais plutôt pour créer, hors norme, la surprise du partage et de l’amour, et ce, lors de la quatre-vingt-neuvième des MILLE et UNE TERRASSE.

Photographies de Cayo Scheyven.


















































67 views0 comments