top of page
Search

Mille et une Terrasse N° 97 princess4president

UN PEU de souvenirs principaux lors de la nonante septième des MILLE et UNE TERRASSE en compagnie du quintet belge PRINCESS4PRESIDENT. De nouveau, le Centre de Beauté Culturelle dresse un nouvel arbre de Noel en cette semaine de l’AVANT. De petite taille, l’arbuste est équipé de flocons lumineux bourgeonnant au bout de ses branches en plastique. Placé sur le traditionnel sceau en plexi transparent et au milieu duquel est emmitouflé le petit Jésus dans de la feuille d’or. Yacine préparait le thé de la paix du quartier avec les branches de Menthe quand Matthieu Ha greffait une branche de sapin au bout d’une des branches dénudée de l’érable de la Terrasse Extérieure. Cayo était à la régis technique, occupée à brancher les instruments de musique sur la table de mixage de façon à préparer le concert de PRINCESS4PRESIDENT. Princess4President comprend une section vocale, composée de deux chanteuses. L’une brune – l’anversoise Annelies Van Dinter. La seconde, la blonde – Naomi

Sijmon. Apparue au milieu de la trente septième des MILLE et UNE TERRASSE aux côtés de la chanteuse anversoise Fiona Brown. Autour des deux demoiselles, une section solide - batterie/basse était assurée par le liégeois Etienne Plummer et le fameux Mirko Banovic (bassiste du très regretté Arno). L’harmonie et la majeure partie des morceaux ont été apportées sur un tapis rouge par la pianiste compositrice Kaat de Windt. Au croisement des musiques contemporaines, la compositrice installe formellement un rapprochement entre l’esthétisme feutré du jazz et la sociabilité de la pop. Depuis les cordes du piano angélique de la terrasse sous terraine, les lignes médianes du concert sont souples et perceptibles par le tandem vocal et dans l’équilibre de leur chant bi-phonique. La présentation pouvait aussi basculer sur une intervention très musclée entre le batteur Etienne Plummer et le bassiste Mirko Banovic. Finalement Kaat de Windt libérait ses doigts des partitions au moment où celles-ci étaient éclairées par le projecteur vidéo. L’appareil était débranché de toutes sources d’images et indiquait sur les feuilles de notes de la compositrice : NO SOURCE FOUND. Effectivement, Kaat de Wind devenait peu à peu,

la source d’un chauffage sans radiateur avec l’irradiante magie d’une princesse et d’un président imaginaires, au cours d’ une belle rencontre « Pop jazzocratique ». En plus de l'excellente performance, le public pouvait se réjouir d’un bon vin chaud ou d’une très bonne soupe ou encore du mythique thé de la paix du quartier ou encore de la victoire historique du Maroc contre

le Portugal en demie finale de la coupe du monde de football. En bref, il y avait cette nuit-là, tous les effets naturels et accueillants de la nonante septième des MILLE et UNE TERRASSE.

Photographies de Cayo





















23 views0 comments
bottom of page